lundi 15 mars 2010

Vers une prière de la sérénité plus sereine?

Mon ami Hank Robb, thérapeute en Thérapie d'Acceptation et d'Engagement américain a récemment partagé ces réflexions intéressantes sur la liste de discussion anglophone de l'ACT.

La prière de la sérénité dit :

Mon Dieu
Donnez-moi la sérénité
D’accepter
Les choses que je ne puis changer
Le courage
De changer les choses que je peux,
Et la sagesse
D’en connaître la différence.

Le ‘problème’, tel que je le vois, est que la Prière de la sérénité semble suggérer qu’il n’est bon d’accepter que ce que l’on ne peut pas changer.
Pourtant, même ce que l'on peut changer, il est souvent plus fonctionnel de l’accepter.
Le processus de changement deviendra beaucoup plus efficace si l’on donne d’abord permission à ce ‘qui est, était ou pourrait être’ d’être, d’avoir été ou de pouvoir être - plutôt que de l’aborder en disant : Et que fais-tu ici ? Je ne vois pas pourquoi je devrais même passer ne serait-ce qu’un seul instant en ta compagnie. Sors d’ici !
Voici pourquoi, plutôt que la Prière de la sérénité, je propose à mes clients la Formule de la sérénité en action :

Laissez-moi
Accepter (consentir à)
La vie telle que je la trouve (telle qu'elle est, était ou pourrait devenir) même si je peux ne pas être d’accord avec ce que je trouve

Avoir la sagesse
De voir ce qu’il serait bon de changer,

Le courage
D’agir sur la durée pour ce changement,

Et la gratitude
D’avoir une chance de vivre ma vie du mieux que je le peux.


Hank Robb
(traduction et adaptation Benjamin Schoendorff, image Rémi Schoendorff)

7 commentaires:

marie a dit…

merci d'être revenu pour alimenter notre réflexion !

Réjean a dit…

Tout à fait d'accord avec Marie!
Merci!

Gribouille a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Gribouille a dit…

Aaaaah, enfin!

marie a dit…

pour moi le texte initial me va très bien et je ne l'ai pas compris comme vous, comme quoi un même texte plusieurs regards ...

il ne me pose pas de problème en ce sens qu'il m'est clair que ce qu'on ne peut pas changer il faut une dose de sérénité pour l'accepter et que le plus dur est de faire la différence avec ce que l'on peut changer pour éviter de s'user dans des luttes vaines, tout en revient à savoir jusqu'où on peut aller et avec quelle lucidité
c'est un texte que je me cite souvent quand je sens que je m'enlise, je me demande alors si je peux encore réellement changer les choses ou si je lutte vainement contre une réalité dont je ne veux pas , que je ne veux pas voir et donc que je n'accepte pas, lorsque cela devient conscient tout le travail consiste alors à avoir cette sérénité d'accepter, peut être en recadrant son regard sur les choses ....

Heffgé a dit…

Je suis tout à fait d'accord avec vous, Marie. De plus la prière originale, attribuée à Niebuhr, est plus simple, donc me parle davantage. Je pense que la simplicité est aussi forme de sérénité.

Anonyme a dit…

L'insensé se lève le matin en se disant : Qu'est-ce que je vais faire aujourd'hui ?
L'homme tendance new-age : "Quelle journée vais-je inventer aujourd'hui ?"
et le Sage : "Qu'est-ce que Dieu va faire de moi aujourd'hui".