dimanche 17 janvier 2010

Eloge de la félure

J’adore cette phrase de Michel Audiard : « Bienheureux les fêlés car ils laisseront passer la lumière » !
Je trouve que tout y est. Au premier degré, c’est une évidence que ce qui est fêlé laisse passer un peu de lumière.
Avec une analyse plus psychologique, cela permet d’accepter plus facilement ses propres fêlures puisqu’elles nous annoncent la lumière ! De quelle lumière parle-t-on ? Je pense qu’il s’agit là de comprendre que la lumière est ce qui nous libère. C’est probablement ce que l’on ressent lorsqu’on est en paix à l’intérieur de soi. Une sorte de sentiment de dilation intérieure, de plénitude, de bien-être que l’on peut ressentir par exemple dans la pratique de la méditation ou de la prière, pour ceux d’entre nous que cette pratique touche.
Personnellement c’est lorsque je ressens cette paix que je ressens également le plus d’amour pour tous les êtres humains que je croise. A ce moment là, je ressens aussi les liens invisibles qui me rendent tous ces Autres humains si proches de moi. C’est ce que j’appelle la lumière : ce qui nous relie les uns aux autres, dans toute notre humanité.
Dans ce sens, je vois les fêlures, les failles, les fragilités de chaque être humain, comme une force qui nous relie les uns aux autres ! C’est une chance que d’accepter et de pouvoir dessiner le contour de ses propres fêlures car elles permettent d’accéder au monde des relations ! C’est en ce sens que je pense que chaque thérapeute devrait travailler sur ses propres fragilités.
Marie Balmary le souligne dans La fragilité : faiblesse ou richesse ? publié chez Albin Michel, la fragilité est une présence sans menace pour l’autre, elle permet d’être avec l’autre.
Enfin , merci Michel Audiard car l’humour est sans doute la plus courte et la meilleure distance entre deux êtres !
Frédérique Giacomoni

Sur le même thème et pour les anglophones parmi vous: la très belle chanson de Leonard Cohen Anthem qui contient ces paroles:
There is a crack in everything, that's how the light gets in
(Il y a une fêlure dans toute chose, c'est comme ça que la lumière pénètre).

Benjamin Schoendorff
(image Rémi Schoendorff)

7 commentaires:

Colonel Trivos a dit…

En Orient, il y a les Majdoubs, ceux justement qui ont reçu trop de lumière, et cela, trop rapidement, tout du moins sans protection initiatique dirons-nous. On les craint, car ils sont souvent capables de voir et de clamer haut et fort ce que vous tenez caché...

Se mettre en état de fragilité et du coup de disponibilité c'est la base du théâtre, il me semble. On la retrouve particulièrement dans le théâtre clownesque qui a développé toutes sortes d'outils qui favorisent l'absence de contrôle et l'abandon d'où la tentation chez certains d'y associer le mot thérapie.
Et vous avez des metteurs en scène comme Pippo Delbono qui découragés de ne pouvoir trouver de telles prédispositions chez les acteurs, préfèrent travailler avec des autistes ou trisomiques.

Anonyme a dit…

salut!
je me appele patricia, et je te conu à portugal,dans une fete de trance music, pardon mon francais....je suis portuguese mas je habitte en france "Pau" depuis 5 ans. et notre ami "são", aujourdui me parllez de toi et de ton livre. j'espere l'acheter.
patygaspar1@hotmail.com
bisou paty

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je suis parvenu à votre blog suite à des recherches qui j'ai effectuée sur le site de l'AFTCC. En effet, je souffre depuis quelques années de phobies d'impulsions et c'est depuis peu que "j'ose" entreprendre des démarches pour mieux comprendre cette maladie qui est un véritable fardeau et qui nous tombe dessus du jour au lendemain. L'heure de la passivité est passée et maintenant je souhaite y faire face, quelque soit les forces que celà me demande (j'ai du stock!) puis je n'ai jamais pour habitude de me résigner.
Je sais que mon message est quelque peu inaproprié sur votre blog, et je m'en excuse. Je voulais juste savoir si vous pratiquiez sur lyon car je serais éventuellement interessé pour entamer une psychothérapie. De plus, je ne sais pas si vous traitez ce type de pathologie que finalement peu de praticiens semblent connaitre (j'en ai fais l'amer expérience!).

En espérant que vous tombiez sur mon message, je vous remercie d'avance. Puis un autre merci pour votre blog qui est rempli d'humanité !

Jo

Benjamin Schoendorff a dit…

Bonjour Jo,

Je consulte sur Lyon et vous pouvez me joindre en m'appelant sur mon portable (0627683330) ou encore par courriel benjamin[point]schoendorff[arobase]gmail[point]com. à bientôt, benjamin

marie a dit…

plus de réflexion depuis janvier ...
c'est dommage j'aime bien vous lire

à bientôt j'espère

Anonyme a dit…

de même, je me languis...procrastination?

Benjamin Schoendorff a dit…

Merci de vos messages qui me touchent.

Procrastination en partie, et agenda très très chargé ces quelques semaines. Je m'engage à alimenter ce blog sous huitaine! ;-)